Go Back   Mistress Destiny's Femdom Forums > Daddo's Trample Heaven - International! > French Forum

Reply
 
Thread Tools Display Modes
  #1  
Old 09-12-2017, 3:41 AM
Burton156's Avatar
Burton156 Burton156 is online now
Emma Watson 's carpet
 
Join Date: Jul 2008
Location: Paris
Posts: 49
Smile [Histoire] Sortie en boite (hard trampling, fiction)

Bon, je suis victime du syndrome de la page blanche, autant pour "La nièce" que pour "Le concours" (Même si pour cette dernière histoire, j'ai un fil défini).

Alors afin de vous faire patienter, voici une des histoires que j'ai écrit il y a quelques temps, à l'origine pour m'entrainer... J'espère qu'elle vous plaira ! C'est une histoire en une seule partie.

--------------------------------------------------------------

J’avais régulièrement l’habitude de sortir en boite, en particulier celle située dans la ville voisine. La raison en était simple : l’une des pistes avait pour particularité d’être surélevée par rapport au niveau du sol, de façon à ce qu’elle arrive à peu près au niveau de mon plexus. L’un des recoins de la piste était mon endroit préféré, car à ce niveau là, on était dans une obscurité quasi-complète, que ce soit pour ceux qui dansaient sur la piste que pour ceux qui étaient autour. A la suite d’un accident où une danseuse était tombée, une barrière avait été mise en place pour prévenir toute nouvelle chute. De fait, il n’était pas rare de voir des gens s’accouder à cette barrière lorsqu’ils voulaient faire une pause sans avoir à quitter la piste.

Pour ma part, je n’étais pas très danseur, et je prenais donc souvent place à cet endroit, car j’avais alors une vue directe sur les pieds et les chaussures des femmes qui venaient danser et s’accouder juste à côté. Parfois, il m’arrivait de glisser quelque chose sur la piste à travers la barrière, et je regardais ainsi ce quelque chose être écrasé sans merci. Tout y passait, d’un simple bonbon mou jusqu’à une tranche de pain de mie, que je récupérais ensuite pour admirer les traces de semelles qui y étaient laissées, avant d’engloutir ce qui avait été écrasé pour ne laisser aucune trace.

Parfois, lorsque je n’avais rien sous la main, c’était cette dernière que je glissais, mais juste de quoi me faire écraser les doigts, et seulement par des baskets ou des chaussures plates. J’évitais en particulier les talons fins, ne voulant pas me retrouver avec des doigts en moins étant donné la puissance de l’écrasement lorsqu’une danseuse se démenait sur un rythme endiablé.

La dernière fois, ma main avait d’ailleurs subit une correction lorsqu’une femme, qui devait faire dans les 65kg, avait sauté à pieds joints sur ma main alors qu’elle portait des bottes à semelles en bois. J’avais eu mal à cette main pendant près d’une semaine, car je n’avais pas osé l’enlever de peur qu’elle ne sente la différence.

Ainsi, ce soir j’arrivais dans cette boite et je prenais immédiatement ma place habituelle. Bien que je sois arrivé largement en retard, la faute à une sortie tardive de mon boulot et une circulation difficile, je n’eus aucun problème à me placer au meilleur endroit possible. J’étais toutefois un peu fatigué, et je m’étais accoudé contre la piste de danse, mon bras gauche posé sur le rebord, dépassant légèrement la barrière. Suffisamment pour que, quelques instants plus tard, deux femmes arrivent au même endroit pour prendre une pause.

Malgré le volume sonore, je les entendais parfaitement discuter entre elles. En entrouvrant mes yeux, je vis que la première d’entre elle était située au niveau de ma main et de mon poignet, et chaussait des baskets. La seconde était hors de portée, car placée à la droite de son amie.

Très rapidement, je sentis la première femme taper du talon de ses baskets contre ma main avec un peu d’insistance. J’étais alors face à un choix : soit je réagissais en retirant mon bras, soit je jouais les mecs complètement claqué et je ne bougeais pas. Évidemment, pour tester jusqu’où cette femme irait, je choisis la seconde solution.

- Tiphaine, tu veux bien te décaler ?
- Pourquoi ? Fit cette dernière.
- Y’a un mec qui me gêne avec son bras, et je n’ai pas envie de me faire chier à lui dire de l’enlever.
- T’as qu’à lui écraser la main un bon coup, il la retirera de lui-même…

L’instant suivant, je sentis effectivement la femme en basket (Dont j’appris rapidement qu’elle s’appelait Nina) écraser de tout son poids ma main un court instant, avant de redescendre. Elle n’avait pas l’air d’être lourde, peut-être 50kg à tout casser.

Quelques instants plus tard, elle recommençait à cogner du talon contre mon bras.

- Rien à faire, il ne bouge pas… Décale-toi, Tiph’, je ne peux pas m’accouder correctement sinon.
- S’il ne bouge pas, tu n’as qu’à rester dessus. Apparemment, ça n’a pas l’air de le gêner.
- Non, j’ai pas envie d’avoir de problème ensuite…

Tiphaine finit donc par se décaler, et je pensais que ça n’irait pas plus loin. Cependant, j’eus le plaisir de les retrouver un peu plus tard dans la soirée. Entretemps, Nina devait avoir un peu étanché sa soif, et pas qu’avec de l’eau, car sa voix était un peu différente, tout comme pour Tiphaine.

- Ah merde, il est toujours là, lui ? Fit Nina.
- De quoi ? Ah oui, le mec qui laisse trainer son bras ?
- Ouais… Allez, j’en ai marre, tant pis pour lui, j’ai besoin de me caler correctement.

Je sentis alors non pas une, mais deux baskets m’écraser la main et l’avant-bras. Nina s’était tout simplement confortablement installée sur mon bras qui supportait dès à présent tout son poids. Je n’en revenais pas, et j’appréciais à sa juste mesure la sensation que cet écrasement me procurait.

Je ne sus pas combien de temps était passé, mais Tiphaine était repartie deux ou trois fois sur la piste tandis que Nina était restée, à l’exception d’une fois où elle avait rejoint son amie au centre de la piste. Cela ne l’avait pas empêchée à son retour de reprendre sa place exactement au même endroit sur mon bras.

Comme j’étais bras nus, j’avais eu le temps d’observer les traces que Nina avait laissé lorsqu’elle était partie danser. Ses baskets étant des Nike Air VaporMax, la semelle avait laissé de merveilleuses traces que j’aurais aimé conserver très longtemps.

- Tu es toujours sur son bras ? Incroyable ! Fit Tiphaine, lors de son dernier retour.
- Ouais… Je me demande même s’il s’en rend compte. Si ça se trouve, il est complètement défoncé et ne sent rien du tout.
- Attend, on va voir ça…
- Arrête, tu es en talons aiguilles, tu vas embrocher ses bras, surtout que tu es plus lourde que moi.
- Je ferais gaffe, mais j’ai envie d’essayer.

L’instant suivant, Tiphaine s’était placée à gauche de son amie, qui s’était légèrement décalée pour rester ses deux pieds sur ma main. Puis je sentis un poids plus important écraser mon bras juste avant mon coude. J’avais alors à ce moment-là deux femmes qui m’écrasaient le bras et la main gauche en même temps. Tiphaine était effectivement un peu plus lourde que Nina, d’environ 10kg. Mais cela restait parfaitement supportable, puisque Tiphaine restait sur la plante des pieds. Au bout de quelques minutes cependant, mon bras commença à avoir des fourmillements sous le poids cumulé des deux femmes. Mais j’étais alors totalement focalisé sur les talons aiguilles de Tiphaine, car malgré la quasi-obscurité, je pouvais en voir le moindre détail. Assez usés, la partie en plastique laissait apparaitre un peu le clou qui dépassait d’un ou deux millimètre.

- T’es folle ! Tu vas ameuter tout le monde en le faisant hurler !
- Mais non ! Tu vois bien qu’il n’a toujours pas réagit alors qu’on écrase son bras depuis 10 minutes.

Absorbé par ma vision des talons, je ne compris pas immédiatement de quoi elles parlaient. Mais j’allais très rapidement le savoir quand je sentis Tiphaine descendre de mon bras. Je pensais qu’elle allait retourner danser, quand je sentis deux pointes appuyer sur mon bras. Tiphaine s’était juste avancée de façon à avoir ses talons au dessus de mon bras, et les avait reposés sur mon bras. Elle n’y mettait toutefois pas tout son poids, mais suffisamment pour que la douleur soit assez forte.

Je ne réagissais pas, Tiphaine n’y allant pas à fond, et j’attendais de voir jusqu’où elle irait. A mon grand regret, elle reprit sa position initiale, la plante des pieds sur mon bras.

Une demi-heure plus tard, aucune des deux n’avait bougé, et mon bras semblait assez froid, même si je ressentais le bout de mes doigts (Enfin, la partie qui n’était pas écrasée par Nina).

- Dis, vu qu’on fait la même pointure et que tu danses moins que moi, tu veux bien me passer tes baskets ?
- Oui, pas de problème, répondit Nina.

Les deux femmes échangèrent leurs paires, ceci tout en restant sur mon bras. Je sentis donc deux paires de pieds nus presque brûlants (En comparaison avec mon bras froid) écraser ma main et mon avant-bras, et j’appréciais encore plus le traitement que les deux femmes m’infligeaient volontairement.
Alors que Tiphaine était retournée sur la piste, je sentis Nina se déplacer, remontant sur mon avant-bras et libérant ma main. Puis elle se mit à rebondir un peu, testant si je réagissais. Jouant mon rôle de mec claqué, je ne bougeais pas d’un poil.

La seconde suivante, je faillis toutefois réagir. Nina s’était décaler comme Tiphaine tout à l’heure, et avait à présent les talons au dessus de mon bras. Cependant, contrairement à Tiphaine qui y avait été doucement, sûrement par peur de me faire réagir ou de me blesser, Nina n’avait pas vraiment pris de précautions. Ainsi, même sans y mettre tout son poids, elle avait simplement reposé ses talons sur mon bras. Je supposais qu’environ deux tiers de son poids reposaient sur la petite surface de ses chaussures, et c’était assez douloureux. Surtout lorsque, entrainée par la musique qu’elle semblait aimer, Nina rebondissait légèrement sur mon bras.

Lorsque Tiphaine revint, elle vit dans quelle position Nina se trouvait.

- Aïe, tu dois lui défoncer le bras, là !
- Penses-tu ! Il n’a même pas bougé d’un poil, ni même poussé l’ombre d’un soupir.
- Heureusement que tu n’es pas à fond sur lui !
- Comment, comme ça ?

Et subitement, je crus que j’allais hurler de douleur. Heureusement, je m’étais placé de façon à ce que ma tête soit légèrement penchée vers le sol, ce qui fit que ni Nina, ni Tiphaine ne virent la grimace qui parcouru mon visage sous la violence de l’assaut.

Car du coin de l’œil, j’avais parfaitement vu ce que Nina venait de faire : elle avait totalement décollé la plante de ses pieds du sol, et s’était alors retrouvée uniquement posée sur ses deux talons, qui étaient eux-mêmes placés sur mon bras. Bref, plus de 25kg par talon qui tentaient de traverser mon bras.

- P*tain, soit le mec est vraiment pété, soit il a une résistance de dingue… Tu fais combien déjà ?
- 53ks, pourquoi ? Tu veux essayer ? Fit Nina.
- Nan, j’en fais beaucoup plus que toi, 64kg… Je le traverse sans problème.
- Mais non, il est coriace, regarde… Vas-y, essaye à ton tour.

Dans le même temps, surcroît de douleur alors que Nina, toujours uniquement sur ses talons, s’était mise à rebondir pour prouver ses dires.

Et cela avait dû convaincre Tiphaine, car elle venait de remettre ses talons. L’instant suivant, elle créait deux nouveau points de douleur en m’écrasant à son tour le bras, et bien qu’elle n’ait pas décollé la plante des pieds du sol, je sentais qu’elle y avait été plus fort que la première fois, même si la douleur était moindre que Nina juste avant.

Tiphaine resta un assez long moment de cette façon, pendant que Nina, à nouveau chaussée de ses baskets, s’était replacée sur ma main qui l’avait accueillie avec plaisir. Les 64kg de Tiphaine me martyrisaient la peau, mais ce n’était rien par rapport à ce qui allait arriver lorsque, poussée par Nina, elle décolla finalement à son tour la plante des pieds du sol.

Si j’avais pu attraper mon autre bras, je me serais mordu jusqu’au sang. Les 11kg de différence entre Nina et Tiphaine me semblaient en être 30 de plus. Pire, alors que celle-ci semblait penser que je la supportais sans aucune difficulté (Alors que j’avais l’impression d’avoir des tiges chauffées au fer rouge plantées dans le bras), Tiphaine se mit à pivoter sur ses talons, d’abord lentement, puis vivement.

Ses talons étaient de forme carrée, et même s’ils étaient usés, les angles de ceux-ci frottaient contre ma peau, semblant vouloir découper celle-ci. Je souffrais terriblement, les deux femmes étant à présent convaincues que je ne sentais absolument rien et que je ne me souviendrais de rien, imaginant que j’étais complètement saoul, ce qui n’était absolument pas le cas, parfaitement conscient de la torture que m’infligeaient les deux femmes.

- On y va au fait ? Demanda Tiphaine. C’est que des slows maintenant, la boite va bientôt fermer.
- Non, encore un peu, fit Nina avec une petite voix implorante.
- Bon, d’accord.
- Tiens, passe-moi ta chaussure gauche, j’ai une idée.

Un peu étonné, Tiphaine s’exécuta. Celle-ci était donc à présent avec une basket au pied gauche et un talon au pied droite, et bien entendu l’inverse pour Nina. Tiphaine était également toujours à gauche de Nina, ce qui fit que les talons étaient côte à côte, et les baskets à chaque extrémité.

- Fais comme moi, maintenant ! Fit Nina.

Celle-ci m’écrasa le poignet avec son talon gauche et la main de sa basket droite. Tiphaine fit donc de même, sa basket gauche près de mon coude, son talon droit sur mon avant-bas. Toute deux avaient leurs plantes de pied posées sur le sol.

- Maintenant, lève ta basket en l’air, enchaina Nina.

Ce fut une nouvelle forme de torture pour moi. Bien qu’elles aient toujours leur plante de pied respective au sol, chacune était donc sur un pied. J’avais donc 64kg à gauche et 53kg à droite, même si tout le poids n’était pas posé sur les talons.

Je me demandais jusqu’où Nina et Tiphaine iraient, et je m’inquiétais un peu, car après sa dernière danse, Tiphaine était dans le même état que Nina, bref un peu désinhibée. En attendant, j’avais l’équivalent d’une seule femme de 117kg sur ses talons et sur mon bras. J’espérais qu’elles n’aillent pas plus loin, car je risquais fort de leur dévoiler que je n’étais pas aussi insensible qu’elles ne le croyaient. Cependant j’étais également dans une impasse, car je ne pouvais pas réagir par crainte d’un scandale, sans compter que la lumière avait fortement baissé. J’étais à présent dans l’obscurité totale, et ni Tiphaine ni Nina n’avaient alors la possibilité de me voir réagir.

- Et maintenant, sur le talon ! Fit Nina en s’exclamant !

Je me glaçais d’effroi, avant de sentir la plus formidable douleur depuis longtemps. Chacune des femmes était sur un unique talon, et je craignais à chaque instant que l’un d’eux traverse mon bras. Même Nina, la plus légère des deux, semblait en effet en être capable.

De mon côté, je me demandais comment ces femmes pouvaient être aussi cruelles (Elles n’étaient pas dans leur état normal, me rappelais-je) et surtout comment elles ne pouvaient pas remarquer les tremblements qui me parcouraient le corps comme autant d’électrochocs. Car j’étais à l’agonie, 64 et 53kg, chacun sur une si petite surface (Environ 0,7 cm², considérant un talon de 8mm sur 8), c’était inimaginable.

Heureusement, leur équilibre était précaire, et Tiphaine et Nina descendirent de mon bras qui semblait à présent tout entier plongé dans de la lave en fusion.

Tiphaine reprit ensuite possession de son autre talon, et Nina récupéra sa basket.

- Tu sais, je commence à me demander si ce bras est vrai… C’est peut-être un morceau d’un mannequin ? Fit Nina.
- T’es sûre ? Lui répondit Tiphaine.

Les deux femmes semblaient avoir à présent totalement oublié que j’étais là, bien vivant. La preuve avec Nina, qui commença à sauter de toutes ses forces sur mon bras avec ses baskets…

- Ouais, c’est un faux bras on dirait… Fit-elle.
- Ouais, t’as raison… C’était impossible que ça soit quelqu’un, on l’aurait fait hurler comme pas possible.
- Si on testait sa résistance ? Voir si on le cassait ?
- T’es folle, on va devoir payer ensuite !
- Hey, ils n’avaient qu’à pas laisser ce bout de mannequin trainer sur la piste.

Là-dessus, Nina recommença son travail de démolition. Heureusement, comme elle n’était qu’en baskets, je gérais tant bien que mal son piétinement, même si mon bras était complètement endolori.

- Nan, j’y arrive pas. Tiens, porte-moi ! Fit alors Nina.

Après quelques instants ou Tiphaine tenta de porter Nina sans tomber, cette dernière était à présent bien calée sur les épaules de la seconde, alors que d’autres danseurs regardaient le duo avec un sourire, ce comportement n’étant pas inconnu des habitués des lieux apparemment.

- Grimpe sur le bras avec tes talons, fit Nina qui dirigeait à présent Tiphaine, tout en se retenant à une poutre qui surplombait la piste.

Je reçus à nouveau une onde de choc en sentant les deux talons posés sur mon bras. Je réalisais alors à cet instant que j’aurais pu me libérer de ces deux femmes, mais il était déjà trop tard, le poids cumulé de Tiphaine et de Nina écrasant à nouveau mon bras. Le poids était mieux répartit que tout à l’heure, mais j’avais tout autant mal, ma capacité de résistance étant alors proche de zéro.

- Mets-toi sur tes talons, annonça à présent Nina.

Tiphaine, qui s’était placée face à la barrière, avait à présent un meilleur équilibre que tout à l’heure, et je subis plus longtemps les 117kg cumulés sur les deux petites surfaces.

- Allez, sur un talon maintenant ! Ragea Nina, puisque le bras du « mannequin » ne cassait toujours pas.
- On va tomber ! Prévint Tiphaine.
- Mais non, accroche-toi à la barrière, je m’accroche à la poutre.

L’instant suivant, je gémissais alors que je sentais le talon s’enfoncer dans mon bras au point de sembler toucher le sol de l’autre côté.

- Alors ?
- Négatif, il ne s’est pas cassé.
- Même chose, mais saute dessus autant que tu peux.
- Je vais casser mes talons, là !
- Je te repayerai ta paire ! Fit Nina, complètement furax.

L’instant suivant, je crus tomber dans les pommes. Tiphaine commença à rebondir aussi fort que possible sur son unique talon posé sur mon bras. Un crac se fit entendre alors que celui-ci se cassait net. Dans le même temps, je sentis une vague de douleur ultime qui me fit rugir de douleur. Enfin, au même moment, le DJ avait annoncé que la boite fermait, et mon hurlement fut totalement couvert par ceux qui avaient poussés des cris de désapprobation.
Tiphaine, déséquilibrée par la casse de son talon, tomba en arrière. Heureusement pour elles, tant Nina que Tiphaine furent rattrapées par deux danseurs assez proches d’elles. En glissant de mon bras, Tiphaine avait poussé mon bras vers moi, me libérant de toute attaque supplémentaire de sa part.

Je profitais d’ailleurs de la confusion de la chute de Tiphaine et Nina pour m’éloigner et sortir de la boite, craignant d’autres tortures de la part des deux femmes.

Ce n’est que dehors que je me rendais véritablement compte de la situation… Personne d’autre n’était sorti, et heureusement, car j’aurais eu du mal à m’expliquer sur ce que j’avais à présent au bras.

Car j’avais actuellement le talon de Tiphaine en travers de celui-ci… La douleur était toujours aussi intense, et j’avais du mal à réfléchir correctement. Ainsi, au lieu de paniquer et de courir vers l’hôpital le plus proche, je prenais au contraire une photo de mon membre totalement transpercé par ce talon… Dans mon malheur, j’eus la chance que le talon en question soit une tige de métal de même diamètre de bout en bout. Ainsi, les orifices d’entrée et de sortie sur mon bras étaient à peine plus gros que le talon lui-même. Si ça avait été une autre paire de chaussures, avec le talon plus épais en haut de celui-ci, je ne suis pas sûr que j’aurais eu le temps d’atteindre le moindre hôpital.

Mais là, complètement sonné et choqué par la douleur, je prenais tranquillement photo sur photo de ce talon, inconscient de la gravité de la blessure, même si celle-ci ne saignait pas beaucoup.

Quelques heures plus tard, j’étais à l’hôpital, après avoir enlevé juste avant le talon pour minimiser la perte de sang qui s’ensuivrait forcément. J’arrivais aux urgences après avoir laissé le talon dans ma voiture, et je profitais des suppositions des médecins qui crurent à une balle perdue m’ayant traversé le bras. J’évitais ainsi toute question embarrassante, et pour plus de sécurité, je fis une déclaration en ce sens au policier venu me voir.

Heureusement, il y avait eu plus de peur que de mal, le talon ayant traversé mon bras sans créer de dommages irréparables, et sans même me casser l’un des os du bras. Je passais toutefois les semaines suivantes avec une douleur lancinante, mais sans commune mesure avec le poids cumulé de Tiphaine et Nina portés sur ce talon que je gardais précieusement…
Reply With Quote
  #2  
Old 09-12-2017, 11:56 AM
smgc71 smgc71 is offline
smgc71
 
Join Date: Oct 2006
Location: saone et loire, bourgogne
Posts: 97
Vraiment très hard mais super sympa cette histoire.
Merci encore à toi pour ce nouveau récit
Reply With Quote
  #3  
Old 09-13-2017, 1:06 PM
kiki2003's Avatar
kiki2003 kiki2003 is online now
Registered User
 
Join Date: Mar 2003
Location: France
Posts: 339
j'adore!! si a chaque fois que tu as la page blanche tu nous en propose une comme ça... vive la pane... lol ! merci a toi !
__________________
La société est comme un navire, tout le monde doit contribuer a la direction du gouvernail.
Reply With Quote
  #4  
Old 09-14-2017, 2:24 AM
carpette12 carpette12 is offline
Registered User
 
Join Date: Nov 2008
Posts: 149
Hey pas maaaal! Je préfère les autres pour l'instant mais c'est une très chouette histoire
__________________
mon blog: http://lilliputland.domination.erog.fr/
Reply With Quote
  #5  
Old 09-14-2017, 3:04 AM
Burton156's Avatar
Burton156 Burton156 is online now
Emma Watson 's carpet
 
Join Date: Jul 2008
Location: Paris
Posts: 49
C'était une petite histoire très rapide (Enfin, 8 pages word quand même...), et qui date d'il y a quelques temps, bien avant que je ne commence à écrire les trois histoires à plusieurs chapitres que j'ai posté. Bref, à l'origine, elle n'était pas censée être postée, c'était plus un test qu'autre chose (Je n'ai fait que corriger quelques détails pour qu'elle soit "postable"...

Au fait, HS puisque concernant le forum lui-même : le thread "dreamgirls in socks", c'est normal qu'il soit là ? Ca ressemble beaucoup à du spam (Posts réguliers pour se retrouver en 1ère position dans le sous-forum), et en plus, c'est en Anglais (Donc rien à faire dans un sous-forum Français...).
Reply With Quote
  #6  
Old 09-14-2017, 7:39 AM
gogo42170 gogo42170 is online now
Registered User
 
Join Date: May 2011
Posts: 26
Burton156 oui c'est vrai que c'est assez embêtant (pour être poli) que ce post ce retrouve toujours en haut, ça fait longtemps que ça dure. Par contre les posts sont en anglais, mais certaines vidéos sont en français (ce sont des québecois(e)). Sinon, merci de faire vivre cette partie du site avec tes récits!!
Reply With Quote
  #7  
Old 09-14-2017, 1:15 PM
kiki2003's Avatar
kiki2003 kiki2003 is online now
Registered User
 
Join Date: Mar 2003
Location: France
Posts: 339
je te rejoins sur le post de spam... j'ai chercher dans les paramètres si on peut l'ignorer ou le bloquer pour qu'il n'apparaisse pas mais apparemment rien a faire... on fait avec et on n'ouvre pas ...
__________________
La société est comme un navire, tout le monde doit contribuer a la direction du gouvernail.
Reply With Quote
  #8  
Old 09-15-2017, 5:04 AM
Burton156's Avatar
Burton156 Burton156 is online now
Emma Watson 's carpet
 
Join Date: Jul 2008
Location: Paris
Posts: 49
Et il n'y a aucun modo pour supprimer ce spam ? Étonnant, ça... Peut-être en signalant le thread ?

Sinon, de rien pour les histoires... Il faut dire qu'il fallait bien que je me lance un jour, vu que pendant très longtemps, je n'ai été qu'un membre très (très !) silencieux.
Reply With Quote
  #9  
Old 09-15-2017, 5:16 AM
carpette12 carpette12 is offline
Registered User
 
Join Date: Nov 2008
Posts: 149
Ouais moi aussi j'aimerais bien que ce soit supprimé ce truc, c'est juste de la pub donc bon, pas grand intérêt. Mais je crains qu'il n'y ait plus de modo/admin depuis belle lurette ici...
__________________
mon blog: http://lilliputland.domination.erog.fr/
Reply With Quote
Reply

Tags
candid, fiction, hard trampling, heels, story

Thread Tools
Display Modes

Posting Rules
You may not post new threads
You may not post replies
You may not post attachments
You may not edit your posts

BB code is On
Smilies are On
[IMG] code is On
HTML code is Off
Forum Jump

All times are GMT -8. The time now is 10:16 AM.

Copyright ©2000 – MistressDestiny.com. All rights reserved.

Powered by vBulletin® Version 3.7.4
Copyright ©2000 - 2017, Jelsoft Enterprises Ltd.